Accueil > Nos dossiers > L’avis de nos experts > La dépression Post-Partum - Interview de Linda Morisseau

Bébé refuse de manger

"C’est vraiment la bataille pour le faire manger tous les soirs !"


[Lire la suite]
faire un don
Enfance-et-Partage

La dépression Post-Partum - Interview de Linda Morisseau

Interview de Linda Morisseau, médecin pédopsychiatre et membre du comité éthique et scientifique Allo Parents bébé.

Qu’est ce que la dépression post-partum ?

La dépression post-partum ou post natale est un état dépressif qui intervient entre la sixième semaine et la fin de la première année qui suit l’accouchement. Outre les signes habituels de dépression comme la tristesse, l’apathie, la perte de l’élan vital, elle prend souvent des formes à expression somatique comme les troubles du sommeil, une très grande fatigue, une perte d’appétit, etc. Elle peut être associée à une confusion. Cela peut donc entraver le lien entre la mère et son bébé. Ce phénomène touche de 15% à 20% des mères. Ainsi, dans l’année qui suit la naissance, une femme a seize fois plus de risques d’être hospitalisée en urgence psychiatrique que pendant tout le reste de sa vie.


En quoi se distingue-t-elle de ce qu’on appelle le « baby blues » ?

Le baby blues n’est pas forcément une dépression mais un état d’hyperémotivité. C’est un syndrome courant qui survient dans les trois à dix jours après l’accouchement et est de courte durée. La mère devient hypersensible et inquiète, le temps d’établir les premiers liens et de rencontrer son nouveau-né. S’il est particulièrement long (au-delà de quinze jours) ou s’intensifie, il peut être le précurseur d’une dépression post-partum et doit être pris au sérieux.


Comment une jeune mère peut-elle y faire face ? Où peut-elle trouver une aide efficace ?

La dépression post-partum touche 15 à 20% des mères, mais moins de 2% consultent un psychologue. D’où l’importance pour les jeunes mères d’être aidées. L’entretien obligatoire du quatrième mois de grossesse peut déjà être l’occasion de prévenir une éventuelle dépression. Une femme peut donc parler de ses angoisses lors de cet entretien ou entamer une thérapie si nécessaire. Il existe également des structures hospitalières appelées unités mère-enfant spécialisées dans le soin et le soutien de la mère et de l’enfant mais aussi du père. Enfin, pour aider la mère et les personnes de son entourage (père, grands-parents…) dans la relation parent-bébé, l’association Enfance et Partage a mis en place un Numéro Vert anonyme et gratuit, « Allo parents bébé ».
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations légales | Contact | Soutenir Allo Parents Bébé