Accueil > Nos dossiers > L’avis de nos experts > Les unités mère-bébé - Interview du docteur Micheline Blazy

Bébé refuse de manger

"C’est vraiment la bataille pour le faire manger tous les soirs !"


[Lire la suite]
faire un don
Enfance-et-Partage

Les unités mère-bébé - Interview du docteur Micheline Blazy

3 questions à Micheline Blazy, gynécologue obstétricienne à l’hôpital du Vésinet.

Qu’est-ce qu’une unité mère-bébé ou mère-enfant ? Y en a-t-il beaucoup en France ?

Une unité mère bébé est un petit service hospitalier psychiatrique qui accueille quelques mères (1 à 8) et nouveaux nés en hospitalisation conjointe pour une pathologie mentale de la maman. Il peut s’agir d’hospitalisation de jour ou à plein temps.

Il en existe plusieurs en région parisienne. En revanche, elles sont plus rares en province.


Dans quels cas peut-on s’adresser à une unité mère-bébé et quelle est la durée de séjour ?

Cette hospitalisation est souvent motivée par une pathologie mentale de la maman comme une dépression, une schizophrénie, un trouble bipolaire…La maladie peut être puerpérale, c’est-à-dire déclenchée par la grossesse, ou chronique.

Le séjour dure en général plusieurs mois.


Comment fonctionne l’unité mère bébé où vous exercez ?


Je travaille au sein du service de soins en périnatalité de l’hôpital du Vésinet, qui n’est pas une unité mère bébé psychiatrique. C’est un service hospitalier public de moyen séjour, 2 à 3 mois, qui accueille une vingtaine de femmes enceintes ainsi que des femmes qui viennent d’accoucher avec leur nouveau né (21 mères et 23 bébés) pour tout problème quel qu’il soit risquant de compromettre la qualité du lien mère bébé. Le travail sur la relation qu’effectue notre équipe pluridisciplinaire commence dès la grossesse et se prolonge après la naissance. L’accouchement lui-même n’a pas lieu dans le service mais dans la maternité qui nous a adressé la patiente.

30 % d’entre elles y séjournent pour des pathologies psychiatriques : nous ne faisons donc partie des unités mère bébé que pour le tiers de nos patientes.

Les autres femmes, soit 70%, sont accueillies pour des pathologies somatiques, obstétricales, des suites après chirurgie ou une convalescence après maladie grave, un handicap moteur ou sensoriel… c’est-à-dire n’importe quelle pathologie pouvant retentir sur les premiers liens mère enfant car plaçant les parents en situation de plus grande vulnérabilité. L’hospitalisation conjointe évite une séparation précoce mère bébé pour une pathologie et un traitement de la mère le plus souvent, mais parfois aussi du nouveau-né.

Ce service que j’ai dirigé pendant presque 20 ans a longtemps été le seul en France à combiner unité mère bébé et service hospitalier. Il a été rejoint à la fin du mois d’avril 2010 par l’hôpital mère enfant de l’Est parisien.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations légales | Contact | Soutenir Allo Parents Bébé